Nous contacter

Vous pouvez nous contacter à contact@comiteorwell.net.
Publicités

49 réflexions sur “Nous contacter

  1. Merci pour la libre pensée.
    L’intelligence ne doit pas rester au berceau.
    Vous donnez à nous tous, libertaires et philanthropes, un bol d’air frais et une nouvelles espérance.
    Beco, malgré lui, avait raison, Natacha…
    Madame, je suis votre obligé.

    J'aime

  2. Éloge à une féminité non féministe !

    M’étant senti davantage concerné par l’éloge de la Virilité que par la balise #BalanceTonPorc –oui, l’amour-propre est sans limite– j’ai souhaité répondre ardemment et promptement à la tribune de Mme Polony [Le Figaro, 20 octobre], mais ai finalement attendu quelques jours : qui sait si je n’eus pas été aussitôt soupçonné d’association de violeurs en lien avec une entreprise de harcèlement ?

    Madame, ce que l’on apprécie chaque fois dans votre prose, ce n’est pas tant le style que l’élégance des mots, c’est le choix de la cible, et l’art de la traiter. Le féminisme ambiant, surjoué et tout-puissant, en est une à coup sûr, pour laquelle vous avez des arguments fort mûrs. Renversant la tendance, de défiance en éloge, et d’outrages en hommages, vous démontrez ainsi, en femme féminine, que l’homme viril est proie plutôt que prédateur, pourvu qu’on parle là, comme vous savez le faire, de la maîtrise de soi dans le jeu de l’Amour. Nul besoin de le dire, ce que vous décriviez, ce vendredi dernier, est un monde rêvé, enfin débarrassé des mensonges éhontés de militants frustrés. Des goujats il y en a, vous l’avez mentionné, sans manquer de noter qu’ils sont minorité. Mais creusant plus avant, votre littérature nous mène d’un trait sûr vers la cause première des aventures humaines : j’ai nommé l’âme altière et la passion soudaine. La femme aimée est là, l’homme viril la voit ; ayant conquis sa gloire, il doit gagner son cœur ; transportée par sa joie, elle rêve de son bonheur ; prêt à risquer sa vie, il lui déclare sa flamme ; dès lors elle lui sourit, et lui, donne son âme. Le féminisme est mort, l’Amour est bien plus fort !

    Pardonnez cet envol, il vient en réaction avec bel enthousiasme aux mots rafraîchissants que vous nous publiâtes. Pour conclure, si j’osais… allons, un tel compliment… Oserai-je, n’oserai-je pas ? Oui, je crois qu’avec vous je peux bien m’y risquer, certain que votre plume saura s’y retrouver : Très chère Natacha, vos lignes me séduisent !

    J'aime

  3. Monsieur Joffrin, patron de Libération, toujours fervent à défendre les causes justes, prend le prétexte de la journée de la femme pour nous faire comprendre quelle honte il y a pour un homme d’être payé plus que sa compagne. Donc, il augmente le prix du quotidien de 0,50€ s’il est acheté par un homme pour parfaire sa démonstration.
    Bon.
    La démarche est noble, on se base sur le fait avéré qu’un homme est payé plus qu’une femme.
    Mais entrons dans l’analyse de l’argument et sachons observer avec un autre regard, comme il sait si bien le faire.
    Si je considère le prix de Libération augmenté de 0,50€ pour un homme, cela signifie que le prix « normal » est établi pour le salaire d’une femme. Sinon, moins de lecteurs achèteront Libération demain pour un prix supérieur de 0,50€! Donc, pour Monsieur Joffrin, il suffit de réduire les inégalités en faisant payer les riches, ici: les hommes. On reste dans ses argumentations favorites. Jusque là, rien de très banal, ni de très novateur d’ailleurs.
    Pourtant, j’ai demandé à ma compagne d’acheter Libération le 8 mars, journée internationale de la Femme… et j’ai économisé 0,50€. En plus, comme elle ne m’a rien demandé en retour, j’ai lu mon journal gratuitement. Faut dire que c’est elle qui l’achète tous les jours!
    Maintenant, voyons une autre façon de comprendre le propos de monsieur Joffrin. Les salaires des hommes sont plus élevés que ceux des femmes, donc ils doivent payer plus. Le salaire de base étant supérieur à celui de leur compagne. Donc, le salaire des femmes n’apparait-il pas comme le salaire « normal » et celui des hommes comme un salaire bonifié?… parce qu’ils sont tout simplement des hommes. Convaincu de ce raisonnement, on considère alors que les salaires doivent s’accorder vers celui qui se rapproche de la norme, donc celui de la femme. Sinon, on est un riche qui peut payer plus. Autrement dit, monsieur Joffrin nous explique que pour réduire une inégalité salariale, il faut la niveler vers le bas. Ce qui ouvre quelques perspectives que même la nouvelle politique d’un pays qu’on ne nommera pas ici n’avait encore envisagé. Messieurs, attendez-vous à une majoration des prix selon la notion d’un salaire plus élevé!
    Alors, si le principe retenu est celui de démontrer l’inégalité salariale entre les femmes et les hommes, monsieur Joffrin aurait dû baisser le prix du journal Libération du 8 mars 2018… à destination des femmes qui l’achètent.
    Et j’aurais demandé à ma compagne d’acheter le journal, moins cher, disons de 0,50€. En plus, comme elle ne m’aurait rien demandé en retour, j’aurai lu mon journal gratuitement! Mais c’est toujours elle qui l’achète!
    Pour moi, sa démarche ne démontre rien sinon que le journal Libération s’est accordé un petit bonus de trésorerie lors de la journée de la femme du 8 mars en faisant payer son quotidien 0,50€ de plus aux hommes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s