Le revenu universel ou la drôle d’alliance entre les soviets et les ultralibéraux

Tribune écrite par Franck Dedieu, délégué-général de République Moderne, professeur et responsable de la chaire Made in France à l’IPAG Business School, et publiée sur Le Figaro Vox le 18 janvier 2017.

Benoît Hamon a lancé le thème du revenu universel dans la primaire de la gauche. Dans un monde ubérisé, ce mécanisme d’allocation est financièrement réalisable mais il promet paradoxalement une société très inégalitaire.

Non, le revenu universel ne rentre pas dans la catégorie – très fournie en politique – des idées utopiques. La société numérique en voie d’émergence fabrique en effet suffisamment de turbo-millionnaires et de super-cadres pour financer le «généreux» mécanisme. Mais au lieu de s’en réjouir, il faudrait plutôt le déplorer. Le revenu universel revient plutôt à homologuer une société duale, faite d’une «hyperclasse» riche, restreinte, charitable et d’une «lumpen-catégorie» non-qualifiée, nombreuse et épaulée. Dans son Meilleur des mondes partagé entre les «alpha» féconds et les «epsilon» inutiles, la fameuse dystopie d’Aldous Huxley pourrait bien devenir réalité.

Il suffit pour s’en convaincre de se pencher sur le «cas Zuckerberg» bien réel, bien sonnant et bien trébuchant: en 2012, quand le jeune geek et patron de Facebook jette son célèbre réseau social dans le grand bain de la bourse, il empoche une plus value géante et, avec elle, le titre assez flatteur du citoyen le plus imposé de l’histoire américaine. Il signe donc à l’ordre du Trésor fédéral et de l’État de Californie, deux chèques pour une valeur totale de deux milliards de dollars. Une telle somme équivaut à la paie annuelle de 54 000 fonctionnaires américains (trois fois le nombre de salariés chez Facebook à l’époque) ou en Équivalent Revenu Universel de 750 euros mensuels à une allocation annuelle au bénéfice de 200 000 personnes! Quand toute la richesse vient du capital et si peu du travail, à quoi bon embaucher, il suffit de payer son écot pour résoudre la question sociale.

Les dames patronnesses choyaient leurs pauvres au niveau de la paroisse, les patrons de GAFA pourraient prendre leur suite mais au niveau d’une région entière voire d’un État. Ironie de l’histoire, ces patrons-là multiplient les astuces fiscales dans le cadre de leur multinationale pour éviter le percepteur mais manifestent un certain consentement à l’impôt comme citoyen. La méchante personne morale versus la gentille personne physique. Voilà la nouvelle cosmologie patronale: le Yin ultra-libéral et le Yang bon-démocrate. Bien sûr, ces chiffres à multiples zéros si communs en Californie se rencontrent assez peu en France mais le pays compte déjà quelques belles « licornes » (valorisation supérieure à 1 milliard) comme Bla-bla car ou Criteo et des patrons emblématiques de la nouvelle économie. Le vibrionnant patron de Free, Xavier Niel ne qualifiait-il pas récemment la France «de paradis fiscal» ?

D’ailleurs, de l’économiste Jean de Sismondi (1773-1842) au jeune philosophe Gaspard Koenig, les penseurs libéraux voient d’un très bon œil le revenu universel. Ce mécanisme réalise la synthèse de la France ubérisée et de la société post-salariale. Pas à la façon « hollandaise », pour arrondir les angles trop saillants, pour trouver un point d’équilibre entre des idées passées à l’édulcorant des cabinets ministériels. Non, une synthèse des «excès contraires», une fusion entre le «Grand Soir» et «la grasse matinée», entre la révolution en rêve et le rêve de l’inaction. Elle donne l’apparence du chamboule-tout mais permet de proroger un système inégalitaire avec bonne conscience. Elle s’incline devant le fait économique établi (fin de la croissance et du travail) mais s’obstine à en réparer les dégâts par l’impôt maximal. Au fond, l’allocation pour tous réalise ce phantasme politique en forme d’oxymore: la planification libérale, évoquée en creux par le Professeur Alain Supiot dans La gouvernance par les nombres (Fayard) où le libre marché permet aux «winners» suractifs de délivrer suffisamment de cash pour organiser administrativement l’inactivité du plus grand nombre. Pour paraphraser la fameuse équation de Lénine, le revenu universel, c’est les ultralibéraux plus les soviets, plus l’électricité gratuite.

Advertisements

7 réflexions sur “Le revenu universel ou la drôle d’alliance entre les soviets et les ultralibéraux

  1. Les winners pourront ainsi profiter des « services » du nouveau lumpen prolétariat. Victoire de l’économie de serviles … heu de services.

    J'aime

  2. Le « bénévolat » est rès en vogue actuellement… voir les préconisations du WWF (si,si) puisqu’il faut déstabiliser les etats nations
    Le revenu universel d’un côté et la flexibilité de l’autre reviennent au même: précariser le plus grand nombre sans dépensr trop
    toutes les prérogatives régaliennes vont être peu à peu privatisées
    La paix sociale est dévolue à l’abrutissement de masse style Hanouna

    Merci pour la qualité de vos travaux et le courage de vos questions
    Puis-je suggérer de regarder vers le Bilderberg, la Trilatérale et le CFR? tout y est

    Avec conviction

    EG

    J'aime

  3. Hamon valet du capitalisme ou opportuniste irresponsable? Dans les deux cas il est désespérant de voir à quel niveau de tels individus peuvent se propulser en trustant les appareils politiques et l’américanisation de notre système électoral présidentiel accentuera encore davantage cette tendance nefaste!

    J'aime

  4. Les électeurs de Hamon/Montebourg sont les plus susceptibles de voter JLM si Hamon est éliminé au second tour des primaires.

    Valls prendra des voix à Macron qui lui, prendra des voix à Fillon. Ces trois-là se neutraliseront entre eux et c’est la seule manière de favoriser l’accession de JLM au second tour des présidentielles.

    Pour ceux qui veillent en finir avec les traités européens et l’ultralibéralisme, il y a une carte à jouer : éliminer Hamon pour propulser JLM au second tour des présidentielles… Et c’est maintenant !

    J'aime

  5. Revenu « universel »… Lénine et consorts n’ont bien sûr rien inventé!

    Si l’on remonte un peu, n’oublions pas les « rentes » distribuées par les rois à de bons sujets.

    Comme ce revenu à la Hamon ne sera jamais universel, puisqu’il ne s’adresse qu’à une certaine frange de la population, il serait bon de songer à la rage que ce nouveau privilège risque de développer chez les  » sans dents ». Ô vieillesse ennemie n’ai-je donc tant vécu…

    Maintenant si le travail se raréfie, la précarité augmentera, et l’éternelle question ( révolutionnaire ou non) se posera: Que faire ? Oui, comment fait-on ?

    J'aime

    1. Lily,

      Il n’y a qu’une intelligente relance économique et sociale qui peut résoudre le problème de la répartition équitable des richesses.
      De toute évidence, on ne peut demander à un cadre communautaire qui aligne par le bas et qui induit et organise le pillage économique et social de la France, le contraire de ce pourquoi il a été conçu.

      Il faut sortir des traités européens pour relancer notre économie en protégeant nos intérêts.
      C’est ce que sont libre de faire les 180 pays du monde qui ne sont pas dans l’Union Européenne et ce que ne peut plus faire la France, qui est passée de 5eme à 6eme puissance mondiale et dont rien ne peut laisser espérer qu’elle ne déclinera pas davantage en restant dans cette UE faite pour être dominée par l’Allemagne et par les États Unis en sous-main.

      J'aime

  6. Le problème avec le « Revenu Universel », c’est que personne ne le voit comme un outil pour repenser la société dans son ensemble mais comme un pansement contre les méfaits du capitalisme. Je suis toujours surpris de voir que l’on parle de nombreux intellectuels sur le sujet mais jamais de Baptiste Mylondo qui a fait un travail remarquable sur le sujet du Revenu Inconditionnel comme un moyen de repenser le système … sur un mode « décroissant » http://www.revenudebase.info/2016/06/08/questions-mylondo-revenu-condition/ Je vous invite d’ailleurs à lire son livre et visionner ses vidéos.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s