« Les Nouveaux Enfants du siècle », premier livre de Alexandre Devecchio

culgkr-weaapmtstest5tt

Alexandre Devecchio, journaliste en charge du Figaro Vox, est allé à la rencontre de la jeunesse française née depuis 1989. De son voyage, il a tiré un ouvrage novateur et passionnant, Les Nouveaux Enfants du siècle : djihadistes, identitaires, réacs. Enquête sur une génération fracturée. Il se livre à une radiographie d’une jeunesse française en voie de réidéologisation, pour le meilleur et pour le pire.

Article de Benjamin Masse-Stamberger publié sur son blog.

Après la victoire de Donald Trump et le Brexit, les regards se tournent vers la France, pour savoir si les basculements idéologiques en cours pourraient aussi concerner notre pays. A cet égard, Les Nouveaux Enfants du Siècle (Editions du Cerf), d’Alexandre Devecchio, qui se penche sur la situation de la jeunesse française, est particulièrement éclairant. Bien sûr, il n’est pas le premier à le faire. D’innombrables médecins, plus ou moins bien intentionnés, se penchent à intervalles réguliers à son chevet, soit pour déplorer l’effrayante anomie dans laquelle elle se débat, soit pour célébrer en elle un énième avatar de l’Homo festivus, cette fois digital et technologique. Mais rares sont ceux qui ont pris la peine d’aller sur le terrain, pour comprendre les ressorts véritables de cette jeunesse, vouée à se débattre au milieu des décombres laissés par leurs parents et grands-parents, bobos et baby-boomers. C’est le mérite de cet ouvrage, que d’avoir enquêté, et rencontré des dizaines de représentants de cette génération fracturée. En se concentrant non pas sur le grand marais de ceux qui se contentent d’essayer, tant bien que mal, de trouver une place dans une société qui ne leur en laisse guère. Mais plutôt sur ceux qui, en réaction à l’ère du vide post-soixante-huitarde, ont choisi, d’une manière ou d’une autre, de se « réidéologiser ».

Relier ce qui a été délié

Le responsable du Figarovox revient de son passionnant périple avec une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est bien sûr, que, en réaction entre autres à la lutte de tous contre tous promue par la dystopie de la mondialisation heureuse, certains ont cédé au nihilisme et à la pulsion de mort, la « douleur et la nuit », déjà annoncées par Renaud dans sa célèbre chanson Deuxième Génération. Il s’agit évidemment de ceux qui ont choisi le djihadisme, seul à même de combler la faille identitaire béante dans laquelle ils se débattent. Ce que Devecchio dénomme la génération Dieudonné. A l’autre bout du spectre politique et idéologique, un certain nombre de « petits blancs » – de manière certes non comparable  – ont choisi de se réapproprier une forme de virilité menacée, en assumant sans complexes la défense d’une identité nationale mise en péril par l’Europe, la mondialisation, et la montée des communautarismes. C’est la génération Zemmour.

Reste enfin un troisième groupe, dénommé par l’auteur génération Michéa, du nom du philosophe, grand pourfendeur de l’idéologie libérale-libertaire. Une génération qui, divine surprise, émerge, malgré les intimidations et les oukases de ses aînés, et la difficulté de concevoir une alternative à l’heure où la pensée doit se résumer en 140 caractères. On devine cette génération, dans laquelle l’auteur inclut les acteurs de la Manif pour Tous, numériquement minoritaire. Mais comment ne pas se féliciter, à la suite de l’auteur, qu’existe une relève prête à penser le monde d’après la globalisation heureuse, sans pour autant céder à l’attraction morbide de la lutte armée ?  Une génération vouée à tenter de rassembler ce qui a été désuni, à relier ce qui a été délié, et, nous dit l’auteur citant Camus, non pas à refaire le monde, mais à « empêcher qu’il ne se défasse. » Vaste programme, dira-t-on. Mais l’intention est là, claire et déterminée. C’est la bonne nouvelle de cet excellent ouvrage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s