Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité

Article paru sur Le Figaro et Le Figaro Vox le 30 juin 2016.

Les auteurs* demandent une renégociation des traités qui s’articulerait autour de trois priorités : la souveraineté, la prospérité et l’indépendance stratégique.

Le peuple britannique a exprimé souverainement sa volonté de rester maître des décisions qui le concernent. Ce vote courageux et massif est évidemment une claque pour la dérive technocratique dans laquelle l’Union européenne actuelle s’est laissé enfermer depuis au moins trois décennies, sur la base de traités marqués au coin du néolibéralisme alors triomphant (Acte unique, traité de Maastricht, traité de Lisbonne), ou de l’ordo-libéralisme allemand (traité de cohérence budgétaire dit «TSCG» de 2012).

Tout montre que dans la plupart des pays européens, les citoyens n’acceptent plus d’être gouvernés par des instances non élues, fonctionnant en toute opacité. Le vote britannique peut être une chance: il doit être l’occasion de réorienter la construction européenne, en articulant la démocratie qui vit dans les nations avec une démocratie européenne qui reste à construire.

Nous demandons la réunion d’une conférence européenne sur le modèle de la conférence de Messine de 1955 qui, après l’échec de la Communauté européenne de défense (CED), a permis de remettre la construction européenne sur les rails et a préparé efficacement le traité de Rome. Cette conférence se réunirait à vingt-sept, avec un statut spécial d’observateur pour la Grande-Bretagne.

Cette conférence aurait pour objet la renégociation des traités sur les trois questions cruciales dont la méconnaissance a conduit à l’affaissement de l’actuelle construction européenne: la souveraineté, c’est-à-dire la démocratie, la prospérité et l’indépendance stratégique.

D’abord rendre à la souveraineté populaire et à la démocratie leurs droits dans une Europe confédérale qui serait faite de l’entente et de la coopération entre les nations: cela suppose une réorganisation profonde des compétences et, le cas échéant, du mode de désignation des institutions européennes (Conseil, Commission, Parlement, Cour de justice, BCE). Il faudrait notamment outiller le Conseil européen où vit la légitimité démocratique en le dotant des services capables de préparer et exécuter ses décisions. De même le Parlement européen devrait procéder des Parlements nationaux pour que les compétences déléguées puissent être démocratiquement contrôlées.

Ensuite, rendre à l’économie européenne les clés de la prospérité en revoyant profondément les règles actuelles en matière de politique économique et monétaire. Le paradigme néolibéral – la croyance en l’efficience des marchés – ne peut se substituer à la définition de politiques industrielles et d’un cadrage social. Le modèle mercantiliste allemand (excédent extérieur approchant les 10 % du PIB) est intransposable aux autres pays et notamment à ceux de l’Europe du Sud. Il faut redéfinir un modèle européen de développement acceptable pour tous les Européens.

Enfin, il faut donner à l’Europe la capacité stratégique qui lui a toujours fait défaut depuis l’origine. Nous nous rapprocherions ainsi de l’«Europe européenne» du général de Gaulle: il faudra pour cela renouer un dialogue avec la Russie, pays européen indispensable pour l’établissement d’une sécurité dont toutes nos nations ont besoin et définir des politiques ambitieuses et cohérentes de co-développement vis-à-vis de l’Afrique et au Moyen-Orient.

Ce sont là les trois clés de l’avenir de l’Europe. Nous avons la conviction qu’il appartient à la France de lancer cette grande initiative qui proposera de remettre l’Union européenne sur ses pieds. Les peuples européens et pas seulement le nôtre, l’attendent. Nous faillirions à notre devoir de citoyens français mais aussi d’Européens si nous n’agissions pas pour que la France se porte aux avant-postes de cette grande tâche.

Nous appelons tous ceux qui refusent le rétrécissement du champ de l’avenir à œuvrer pour réorienter la construction européenne sur ces bases nouvelles.

*Liste des signataires: Marie-Françoise Bechtel, Guillaume Bigot, Jean-Pierre Chevènement, Gabriel Colletis, Éric Conan, Franck Dedieu, Alain Dejammet, Éric Delbecque, Jean-Pierre Gérard, Christophe Guilluy, Loïc Hennekinne, Paul Jorion, Jean-Michel Naulot, Michel Onfray, Natacha Polony, Jean-Michel Quatrepoint, Emmanuel Lévy, Benjamin Masse-Stamberger, Claude Revel, Henri Sterdyniak, Jacques Sapir, Paul Thibaud.

Publicités

5 réflexions sur “Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité

  1. Belle initiative mais comment la relayer ? Que peut faire chaque citoyen? Mais au fait pourquoi choisir le figaro pour vos parution?

    J'aime

  2. Bjr,Simplement un retour… Je me présente. .. Cyrus Etemadi… la quarantaine , marié et deux enfants.Une maman flamande, un papa d origine persane, et je vis en Belgique du côté wallon… Un master en kinésithérapie et travaille comme salarié dans un hôpital 38 heures semaine. Je m intéresse à  la philo, à la société, guidé par les ouvrages de Michel Onfray. Je suis venu au comité Orwel par une interview de madame Polony .  Je me rends bien compte qu il me faudrait une autre vie pour donner un avis personnel sur la société ..  mais je m’accroche.  Alors je suis tombé sur votre article sur le Brexit , appel pour un nouveau traité. .. Et encore une fois, je sens raisonner en mois une adhésion à vos idées. .. Cependant mon esprit critique freine. … Encore une fois, des elements inconnus sont sortis…Conférence de Messine…Traité de Rome. .. Désolé. .. Connais pas..Au plus j apprends, plus je m enfonce dans l inconnu. .. Et là  je me dis qu il y a un décalage. .. J imagine qu une réalité complexe nécessite certains prérequis mais … Indépendamment de la justesse de votre discours… il restera inaccessible au 99% de la population. .. et c est dommage. .. J ai partagé sur Fb mais qui lira et comprendra suffisamment pour se mettre en marche.  Peut etre suis je en train d enfoncer des portes ouvertes,  désolé de vous faire perdre du temps.  La démocratie européenne reste à construire. .. Mais d un côté comme de l autre , les discours sont opaques. . Alors me voilà frustré. .. Un peu comme possesseur d un outil à ouvrir les esprits sans le mode d emploi. .. Alors si je rêvais. … j imaginerai l élaboration d un livre ou du  cours  ( du côté de l université populaire  Onfray?) ou on développerait vos idées … afin qu elles soient plus accessibles encore.  Il faut se rendre à  l évidence. … Ce qui touche le monde doit être formaté raiseaus sociaux… consommé rapidement…. Si on veut parler aux européens,  si on veut promouvoir l alternative,  il faut toucher le commun des mortels.  Moi je veux bien être votre premier lecteur. …  Un livre pour tous et pour personne mais qui peut changer la vie. Bonne continuation  Cyrus 

    Envoyé depuis mon appareil mobile Samsung.

    J'aime

  3. La belle Natacha Polony feint de s’étonner que les sans dents détestent de plus en plus les journalistes en continuant a inviter ceux la meme qui par la police de la pensée qu’ils ont mis en place ont été a l’origine de cet abime entre le peuple et les élites: de qui se moque t’elle?

    J'aime

  4. Jacques Sapir commentait cet « appel des vingt » dont il est signataire :

    « L’union européenne est morte. Nous avons le choix de vivre avec son cadavre, et ses pestilences, avec tous les risques qu’une telle politique comporte, ou nous avons le choix de l’enterrer. Mais, pour cela, il faut un nouveau traité, non pas un traité de replâtrage mais un traité refondant une communauté à la place de l’Union. Tel était, et est toujours, le sens de l’appel signé. Nous ne serons réellement débarrassé de l’UE que quand son successeur sera en place. Mais, pour se mettre réellement au travail, il est clair qu’il nous faudra une autre classe politique que celle qui, dans la majorité ou dans l’opposition, existe aujourd’hui en France. »

    https://russeurope.hypotheses.org/5076

    « Une autre classe politique » ?!!! Si c’est ça, être intellectuel…!
    
Sans compter que les autres pays signataires devront aussi remplacer les leurs !…

    Et après il leur « suffira » de se mettre d’accord, pas vrais ?…

    Ce même Jacques Sapir qui prétendait le 24 juin dernier que «Continuer aujourd’hui à prétendre changer l’UE de l’intérieur, à tenir le discours convenu sur « l’Europe sociale » constitue un mensonge qui se double d’une impasse stratégique.»*, déclare aujourd’hui vouloir mettre en oeuvre un nouveau traité avant d’en finir avec l’UE actuelle…

    
Qui est dans le mensonge ?…
    Qui est dans l’impasse ?

    Et avec qui, ce traité ?
    Avec les états baltes, qui fêtent leur collaboration avec le Reich dans les rues de leurs capitales ?
    Avec la Pologne, qui sera sûrement ravie d’un nouvel élan vers Moscou ?
    Avec les Anglais, qui viennent de quitter une UE qui entre dans sa phase de soins palliatifs** et dont le spectacle pathétique rassurera les plus obtus des « bremain » ?


    Avec qui ?
    Quelqu’un le sait ? 

    Un détail, sans doute…

    Comment penser que 28 pays qui se sont rendus malades les uns les autres puissent subitement être capables de s’auto-prescrire une potion magique susceptible de les guérir ? D’autant plus que chacune de ces nations a contracté un mal spécifique, lié à son identité et à ses propres vulnérabilités…


    Seraient-t’ils seulement capables de s’entendre pour organiser une fin concertée ?… Rien n’est moins sûr…

    Si nous voulons guérir, il faut guérir nos nations. Et qui peut mieux guérir une nation que ses propres citoyens ?
    Quelqu’un d’autre peut-il s’en charger ?!!


    Une fois guéris, nous ferons une grande fête et reprendrons naturellement avec nos voisins les coopérations utiles, par simple réalisme géographique et économique.

    L’union européenne n’aura pas été totalement inutile… Nous aurons appris deux choses essentielles : nous savons désormais ce qu’il ne faut pas faire ensemble et nous aurons appris à mieux nous connaître, ce qui est bon pour la paix.

    Mais les avantages de l’UE ne seront que posthumes…

    Cet « appel des vingt », cette derniere illusion est le dernier jus, l’ultime pressée de vingt cerveaux embrumés. En la rallongeant d’un peu d’eau et de sucre, ils obtiendront au mieux une de ces piquettes qu’il leur faudra boire au plus vite : une dernière biture à la santé de leur foutu traité !
    Sinon c’est du vinaigre qu’ils aurons…, inutile pour leurs salades dont plus personne bientôt ne voudra.

    *https://russeurope.hypotheses.org/5052

    ** C’est Jacques Sapir lui-même qui le dit : http://russeurope.hypotheses.org/5079

    J'aime

  5. Que ces vingt intellectuels appellent tous à soutenir le seul candidat de « La France Insoumise » qui soit à même de changer cette Europe de l’oligarchie pour une Europe des citoyens.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s