Intermarché, les agriculteurs et le coup de poignard de la Commission européenne

Article publié sur Figarovox le 29/02/2016.

Benjamin Masse-Stamberger est journaliste, membre fondateur du Comité Orwell. Ancien grand reporter à L’Express, il est co-auteur de Casser l’euro pour sauver l’Europe aux éditions des Liens qui libèrent. Il tient le blog basculements.

C’est une de ces décisions kafkaïennes qui font hésiter entre la rage et l’amertume. La tristesse et la colère. La Commission européenne – puisque c’est bien d’elle qu’il s’agit – a décidé d’ouvrir une enquête contre Intermarché, pour s’être accordé avec son concurrent Leclerc, l’été dernier, afin d’acheter du porc aux éleveurs français à un prix plancher de 1,40 euro. L’accord signé répondait à une revendication des éleveurs, qui ne parviennent pas à vendre leur viande au prix décent qui leur permettrait, tout simplement, de survivre. Las! Bruxelles estime qu’il pourrait être «discriminatoire vis-à-vis des pays tiers.» Circulez.

Bien sûr, ce sursaut légaliste et procédurier de la Commission – dont on se demande si elle n’a pas mieux à faire par les temps qui courent – pourrait n’être que risible, s’il n’était porteur de conséquences aussi dramatiques. S’il n’était, aussi, symptomatique de la manière de procéder de cette Europe-là. Forte avec les faibles, faible avec les forts.

Car si les causes des difficultés des éleveurs de porc tricolores sont diverses, elles tiennent beaucoup à la concurrence intra-européenne, et particulièrement à celle des abattoirs allemands. Ces derniers, au prix d’une organisation industrielle martiale, aussi peu respectueuse du bien-être animal que de la qualité des produits, sont parvenus à pratiquer des prix défiant toute concurrence. Le pays est ainsi devenu le troisième plus gros producteur de porc du monde, avec près de 60 millions d’animaux découpés chaque année, derrière la Chine et les Etats-Unis. Parmi les recettes appétissantes de cet agrobusiness juteux: le recours à des salariés est-européens payés au lance-pierres, souvent à peine plus de cinq euros de l’heure! Le tout grâce à la directive européenne sur les travailleurs détachés, que Bruxelles a mis près d’une décennie à rendre un tant soit peu plus restrictive.

Implacable et incapable

Autre martingale des éleveurs d’outre-Rhin, des pratiques fiscales pour le moins contestables: les élevages porcins allemands utiliseraient ainsi un système dit «forfaitaire» pour la TVA, normalement réservé aux entreprises de petite taille, ce qui leur permet au final de ne pas reverser l’intégralité de la taxe à l’Etat. Avec la bénédiction au moins tacite de Berlin. Et là encore, sans réaction tangible de Bruxelles.

La Commission, dira-t-on, n’est pas responsable de tous les maux des agriculteurs français. Et sans doute politiques, industriels, et acteurs de la grande distribution ont-ils beau jeu de lui refiler le mistigri. Il n’empêche. Une fois de plus, cette Europe crépusculaire fait la preuve de son incapacité à changer de logiciel, à fonctionner autrement que de la manière qui a fini par la faire détester par une grande partie des peuples européens. Intraitable pour faire respecter les diktats du Pacte de stabilité, et les règles supposément intangibles de la «concurrence pure et parfaite». Impuissante, quand il s’agit de lutter contre le dumping social et fiscal intra et extra-européen. Implacable pour remettre au pas Alexis Tsipras. Mais incapable de l’aider à faire face au flot de migrants qui débarque sur ces côtes.

C’est cette Europe sans âme qui s’éteint aujourd’hui, à Idomeni, petit village de la frontière gréco-macédonienne, comme à Plérin, en Bretagne, où sont fixés les prix du porc. Faute de résultats, elle ne tient plus que par l’intimidation, les procès en germanophobie servant ainsi – comme ceux en islamophobie, d’ailleurs souvent intentés par les mêmes – à éviter les questions qui fâchent. Voire en désespoir de cause, face à ceux qui pointent ses travers évidents, par la menace d’exclusion définitive, pour avoir «fait le jeu du Front National.» Un argument usé jusqu’à la corde qui servira à nos agriculteurs pour se pendre.

Benjamin Masse-Stamberger

Article à retrouver également sur Basculements.com

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s