« Made in France » : pourquoi le patriotisme économique est un libéralisme

Cet article a été publié sur le FIGAROVOX le 6 novembre 2015.

Alors que se tient ce week-end à Paris le Salon du Made in France, Eric Delbecque s’interroge : est-il encore légitime de placer le sentiment national au cœur de la démocratie, et par conséquent de vouloir que l’État l’incarne, y compris dans le domaine économique ?

Eric Delbecque est l’auteur de L’intelligence économique pour les nuls (Éditions First, novembre 2015) et du Patriotisme économique: un social-libéralisme? (Uppr Editions, novembre 2015).

Le thème du patriotisme économique se retrouve une nouvelle fois posé sur la table de nos stratégies géoéconomiques! Ou de l’absence de celles-ci? A vrai dire, il devient difficile de répondre à cette question. L’amusante synchronicité entre la communication autour de l’entrée du géant nucléaire chinois CNNC (China National Nuclear Corporation) au capital d’Areva et le salon du Made in France ce week-end à Paris fait forcément réfléchir. Ces événements permettent de poser quelques questions capitales, régulièrement réduites à leurs caricatures.

On entend d’ici certains commentateurs répondre à ceux qui se demandent si la présence des chinois dans le nucléaire français se justifie: «Sus aux antimondialistes et nationalistes réactionnaires!» En effet, la formule de patriotisme économique s’affirme minée. L’employer rend suspect de faire l’apologie d’un nationalisme à peine rafraîchi. Elle déchaîne de vieilles passions: pour ou contre l’idée de nation pour faire simple… Aborder ce thème implique ni plus ni moins que répondre à l’interrogation suivante: est-il encore légitime de placer le sentiment national au cœur de la démocratie, et par conséquent de vouloir que l’État l’incarne, y compris dans le domaine économique?

La vie industrielle, commerciale et financière d’une collectivité peut-elle se passer d’une logique de souveraineté? Les théoriciens du «libéralisme» le plus absolu le pensent, affirmant même que c’est souhaitable. Pourquoi? Parce que le capitalisme financier paraît dissoudre toutes les frontières, et ainsi détruire l’ensemble des entraves au libre-échange, à la libre circulation des informations, de l’argent, des hommes et des biens. À leurs yeux, il n’existe plus de place pour les États et les pavillons nationaux sur un échiquier économique planétaire déréglementé où les marchés domestiques protégés disparaissent inéluctablement.

Il faut d’ailleurs affirmer énergiquement que le patriotisme économique ne peut pas être une posture d’opposition au mouvement économique général du temps. Pascal Lamy dit vrai lorsqu’il évoque la mondialisation «Janus»: en effet, la regarder de manière univoque, exclusivement dépressive, manque d’honnêteté intellectuelle… Bien évidemment, encore faut-il que la réciprocité apparaisse clairement dans les pays auxquels nous ouvrons «capitalistiquement» nos secteurs stratégiques!

Mais l’improvisation permanente à laquelle nous avons invariablement l’impression d’assister n’est plus supportable. On peut entendre sans difficulté qu’il faut trouver des solutions aux 5 milliards d’euros de pertes d’Areva en 2014: le rapprochement avec EDF et l’intervention de l’État ne suffiront pas à en effacer le poids et les conséquences. On peut également comprendre les intérêts liés de Paris et de Pékin. Notamment le fait que la Chine aura besoin d’une centaine de réacteurs d’ici 2030 ; et enfin que la France doit relancer un développement de la filière que les difficultés du groupe français en Finlande et les effets de Fukushima compliquent chaque jour un peu plus.

Mais comme dans l’ensemble de la vie industrielle nationale, on ne discerne pas de politique et de stratégie globale de puissance économique et industrielle (harmonisée avec une stratégie de sécurité nationale)! L’ouverture au monde n’est pas l’ennemie du patriotisme économique ou même du «Made in France», mais l’absence d’anticipation systématique, oui! Le court-termisme érigé au rang de comportement opérationnel quotidien, voilà clairement l’ennemi …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s